Débusquer les photos mensongères sur internet

La journaliste Catherine Frammery du journal romand Le Temps a publié récemment une vidéo pour expliquer comment débusquer les photos mensongères sur internet.
www.letemps.ch/images/video/societe/trois-conseils-debusquer-photos-mensongeres-internet

Ses conseils sont les suivants

  • Authentifier l’origine de la photo
  • Retrouver le cliché original
  • Regarder les ombres, les reflets, les contours, la hauteur du soleil
  • Utiliser des outils de vérification comme l’application russe “who stole my pictures
  • Les 10 conseils pour éviter les fausses informations sur internet

    La journaliste Catherine Frammery du journal romand Le Temps a publié récemment une vidéo pour expliquer comment déceler  les fausses informations sur internet.

    www.letemps.ch/images/video/monde/dix-conseils-debusquer-fausses-informations-internet

    Ses conseils sont les suivants :

      • Vérifier nom de domaine         .ch, .fr ou .co?
      • Vérifier nom du site internet www.legorafi.frwww.lefigaro.fr
      • Vérifier statut de publication blog?
      • Vérifier la date de publication
      • Faire confiance aux comptes certifiés: ex twitter
      • Se méfier des excès de ponctuation !!? Caractères gras
      • Recouper les informations
      • Ne pas se fier à la loi du nombre
      • Authentifier les photos : Google images, TineEye, etc
      • Faire confiance aux sites de fact-checking: Les Décodeurs, Desintox, …

    CE QU’IL FAUT RETENIR: il est nécessaire de lire les informations AVANT de les partager. C’est dans ce sens que le mot intelligence comme prendre, saisir ou divulguer des données prend toute sa valeur

    Un prochain post sera publié sur les outils à disposition pour vérifier la date de publication d’un document ou d’un site internet, ce qui est peut-être très utile pour déterminer l’état de la technique avant dépôt de brevet ou pour  évaluer  la nouveauté en fonction de la formulation des revendications à attaquer.

    Diffusion et valorisation de la production scientifique. Quelle plateforme?

    L’URFIST vient de publier une étude comparative  entre la plateforme de dépôt et de diffusion HAL archives ouvertes  créé en 2001 par le CNRS et deux réseaux sociaux académiques américains  (academia , research gate). L’objectif est de mieux comprendre leurs différences mais aussi leurs points communs. Le lien pour télécharger l’analyse de 49 pages se trouve ici.

    L’auteure Aline Bouchard met l’accent sur la protection et la pérennité des documents déposés. La plateforme HAL reste clairement à privilégier, les deux autres  réseaux sociaux américains  pouvant fermer du jour au lendemain  à défaut d’un modèle économique viable à  long terme. De plus un téléchargement serait  loin d’être l’équivalent éthique et politique d’un téléchargement sur une archive ouverte institutionnelle.