,

L’information brevets contribue-t-elle à l’innovation?

L’office européen des brevets a lancé une enquête en automne 2016 pour déterminer si l’information en général et l’information sur les brevets en particulier était  une source  dans le processus d’innovation  Plus de 250 personnes travaillant soit dans la recherche fondamentale, la recherche appliquée, le développement et la réalisation de prototypes ou dans le commercial ont participé à l’étude.

Les résultats complets sont disponibles ici.

L’office a volontairement exclu les spécialistes de l’information brevets pour ne pas biaiser l’étude.

Résultats :

70 % considèrent  l’information brevets comme une source technique, commerciale ou juridique.

Les autres privilégient  plutôt les bibliothèques, les forums, les blogs et les livres pour s’informer.

Les principales sources d’information techniques sont la consultation de  sites internet(82%), suivi des  brevets (72%) et  des revues (64 %).

Il est à noter que  1/3 seulement des personnes travaillant dans la recherche  fondamentale utilisent les brevets comme source d’innovation comme contre  ¾ des personnes des  autres groupes.

Le brevet est utilisé source d’information  principalement pour:

  • le développement de produit
  • la veille commerciale
  • la génération de nouvelles  idées
  • la solution à des problèmes techniques

L’étude permet de montrer que l’information brevets est bien présente lors  du  processus d’innovation

 

,

Traduction automatique neuronale de textes brevets: 3 outils Patentscope, Espacenet et DeepL

Les moteurs de recherche  Google, Bing, Yahoo, Yandex et Baidu offrent depuis longtemps des outils de traduction en ligne avec des résultats inégalés surtout pour des publications scientifiques ou brevets.

La traduction neuronale utilise l’intelligence artificielle et  à partir d’un grand volume d’exemples déjà traduits affine ses résultats. Cette méthode est utilisée déjà dans 2 bases de données brevets: Patentscope et Espacenet.

Patentscope

Dans ce domaine, il faut saluer le travail effectué depuis 2016 par l’Office Mondial de la Propriété Intellectuelle qui propose un service de traduction automatique neuronale de textes brevets au départ depuis des sources en chinois, coréen ou  japonais vers l’anglais.

Cette technologie fondée sur l’intelligence artificielle repose sur des modèles de réseaux neuronaux  dont l’apprentissage se fait au moyen de phrases préalablement traduites. L’outil permet de traduire depuis l’arabe, l’allemand, le français, le portugais, le russe et les 3 langues asiatiques de départ vers ou depuis l’anglais.

http://patentscope.wipo.int/translate/translate.jsf

L’avantage de l’outil est  sa flexibilité car il  est possible d’intégrer n’importe quel texte même en dehors de texte brevet et de choisir parmi les 32 domaines techniques différents pour une meilleure traduction. L’OMPI ne conserve pas les données sur les textes traduits.

Espacenet

L’office européen des brevets a développé également un outil de traduction automatique neuronale en partenariat avec Google depuis et vers les langues suivantes: allemand, anglais, chinois, coréen, espagnol, français, japonais, portugais et turc. La traduction se fait bien sur les serveurs de l’office mais avec une technologie appartenant à Google.

source:PatentInformation News -Juin 2017

La traduction est directement accessible depuis le texte du brevet via le bouton Patentranslate.

 

DeepL

Un nouvel entrant basé également sur la traduction neuronale a vu le jour : DeepL, une société allemande qui gère déjà le dictionnaire en linge Linguee.  L’outil permet de traduire de et vers les langues suivantes: anglais, allemand, espagnol, français, italien , néerlandais, polonais jusqu’à 5000 mots.

UPDATE: décembre 2018   Le russe et le portugais ont été ajoutées

Même si l’outil n’est pas spécialisé dans les textes brevets, les tests effectués s’annoncent d’ores et déjà prometteurs et offre la possibilité d’améliorer certains mots traduits . De nouvelles langues comme le chinois, le russe ou le japonais sont annoncées pour 2018.

Conclusion

Je privilégie Patentscope jusqu’à présent pour la qualité des résultats de traduction notamment depuis le coréen et le chinois mais DeePL en intégrant  d’autres langues européennes doit également être pris en compte. Le point faible d’Espacenet reste qu’il n’est pas possible d’avoir le texte original et le texte traduit côte à côte afin de vérifier plus facilement la traduction contrairement aux deux autres outils présentés.

Le choix de tel ou tel outil se fera aussi cependant en fonction de la langue du texte original, l’arabe, le russe n’étant pas exemple disponible que sur Patentscope.

,

Recherche de brevets: comparatif de 4 bases de données gratuites

L’IPO (Intellectual Property Owners Association) vient de publier  un document intitulé Patent searching using free search tools comparant  4 bases de données brevets accessibles gratuitement (Espacenet, Patentscope, Google Patents, The Lens).

Cette publication   pointe les points forts de chaque base et donne un tableau synthétique sur les différentes fonctionnalités disponibles (flux RSS, historique des recherches, visualisation graphique des résultats, exportation des résultats, …)

Comparatif de 4 bases de données brevet: Espacenet, Google Patents, Patentscope, The Lens
©2017 Intellectual Property Owners Association

,

Trouver la version d’une page web dans la Wayback Machine, archive.org

Vous recherchez des pages qui ont été supprimées d’Internet?

Vous souhaitez connaitre  rapidement les versions antérieures de la page que vous consultez  via l’Internet Archive,  la Wayback Machine archive.org?

Il existe un outil simple à installer sur votre navigateur:

Pour cela, vous créez un marque-page et dans la partie adresse, vous écrivez:

javascript:void(window.open(‘https://web.archive.org/web/*/’+location.href))

Cet outil fort utile installé dans la barre de votre navigateur vous permettra en 1 clic  de vérifier si la page ou le document ont été sauvés sur archive.org

,

Sauvegarder des pages dans la Wayback Machine, archive.org

Vous avez trouvé un document en ligne et vous souhaitez  le sauvegarder dans l’Internet Archive,  la Wayback Machine archive.org.

Il existe un outil simple à installer sur votre navigateur.

Pour cela, vous créez un marque-page et dans la partie adresse, vous écrivez:

javascript:void(window.open(‘https://web.archive.org/save/’+location.href))

Cet outil fort utile installé dans la barre de votre navigateur vous permettra en 1 clic  de sauvegarder la page URL, le fichier :pdf ou la  photo.

Si toutefois votre page contient des photos, trouver les informations sur la page, aller sur médias et afficher chaque photo séparément pour les sauvegarder sous archive.org. Par défaut, seul le texte est enregistré.

 

Trouver la date d’un document en ligne

Vous avez trouvé un document en ligne et vous souhaitez connaitre la dernière date de modification du document sans avoir à le télécharger?

Il existe un outil simple à installer sur votre navigateur.

Vous créez un marque-pages. Dans la partie adresse, vous écrivez:

javascript:alert(document.lastModified)

Cet outil fort utile installé dans la barre de votre navigateur vous permettra facilement de trouver la date du document. Il fonctionne également pour des pages internet développés avec de “vieux outils”.

 

 

,

Trouver la version Open Access d’une publication scientifique

Vous avez trouvé un article scientifique à lire?

Vous n’avez pas d’abonnement et  vous hésitez à l’acheter. Pourquoi ne pas chercher s’il existe une version en open access (libre accès) de cet article?

Il existe 2 outils simples qui peuvent vous permettre de trouver la version Open Access (Libre accès) d’une publication  scientifique si elle existe.

Open Access Button est une application qui à partir du titre, de l’URL d’un article, de l’identifiant numérique d’objet (Digital Object Identifier ou DOI) ou d’une citation peut permettre de retrouver une version de l’article en Open Access.

Il y a également  la possibilité d’installer un bookmarklet (marque page écrit en javascript) sur votre navigateur depuis la page d’un article.

Le code javascript est le suivant:

javascript:apikey=’9a1709506ec8ace1842e9e56dd7ce3′;document.getElementsByTagName(‘body’)[0].appendChild(document.createElement(‘script’)).setAttribute(‘src’,’https://openaccessbutton.org/static/bookmarklet/includer.js?r=’+Math.random());

Open Access Button

 

Une fois le bookmarklet lancé, il suffit d’attendre quelques secondes.

Si une icône bleue “Open Article” apparaît, il suffit de cliquer dessus pour qu’une fenêtre vers une version de l’article en libre accès s’ouvre.

Unpaywall est une extension à installer sur le navigateur Chrome ou Firefox.

Si un canevas vert apparait à droite, il suffit de cliquer dessus pour qu’une fenêtre vers une version de l’article en libre accès s’ouvre.

Après 2 mois d’utilisation, il s’avère que Open Access Button  permet de trouver plus d’articles en Open Access  que Unpaywall.

,

Suivre les activités récentes des personnes sur LinkedIn

Mise à jour Février 2018

Avec la nouvelle interface LinkedIn, il est devenu de plus en plus difficile de suivre les activités de son réseau ou des entreprises sans avoir sans arrêt des posts sponsorisés.

En deux étapes simples vous pourrez suivre les personnes de votre réseau  ou et même celles qui ne sont pas dans votre réseau  pour lesquelles vous ne voulez pas rater l’information partagée

1-Recherche de la page LinkedIn de la personne

Ex: François Jakobiak un expert en intelligence économique

Une recherche sur un moteur de recherche vous indique l’URL de sa page  sur Linkedin.

Vous recopiez l’URL.

2- Ajout /recent-activity sur l’URL de la page LinkedIn

  • En ajoutant /recent-activity à cette URL, vous pouvez suivre toutes leurs activités récentes même sans avoir  cette personne parmi vos contacts .  Pour cela,il est nécessaire d’être connecté sur votre profil LinkedIn. Dans cet exemple: https://www.linkedin.com/in/françois-jakobiak-a61ab7105/recent-activity/
  •  /recent-activity/posts permet d’accéder  aux publications de cette personne (anciennement LinkedIn pulse)
  • /recent-activity/shares permet de voir uniquement les commentaires, partages  ou likes récents de cette personne

Cela peut vous éviter perdre du temps dans des fils d’actualité filtrés et sponsorisés selon le bon vouloir de LinkedIn.

Vous mettez les pages que vous voulez suivre dans un marque-pages et vous les consultez régulièrement.

En février 2018, il n’existe  à notre connaissance pas d’outils de type RSS, atom ou Json pour recevoir une notification lors  d’activités d’une personne sur LinkedIn  .

,

80% des informations techniques ne se trouvent que dans les brevets. Vraiment?

Une publication de Geert Asche de Boehering intitulée 80% of technical information found only in patents. Is there proof of this? parue en ce début d’année dans World Patent Information, numéro 48, analyse le rapport de 1977  qui a conclu à ce chiffre.

Les références prises en compte dans  l’étude  de 1977 sont les suivantes :

– brevets  (220 publiés en 1967 et 215 en 1972) principalement US (75%)

-4 sources d’information technique : Science Citation Index, Chemical Abastracts, Electrical and Electronic Abstracts et Engineering Index

Ce qui permet de couvrir 3 domaines : chimie, électricité et ingénierie mécanique

1ere conclusion : Ce chiffre de 80% ne concernait que les brevets US à partir d’un nombre de brevets insuffisants pour des statistiques fiables.

2e conclusion : Les statistiques à partir d’informations sur les brevets doivent être traitées avec prudence, sur la base de savoir comment les chiffres ont été calculés.

3e conclusion:  Savoir si les informations fournies par les revendications de brevet sont identiques à celles d’un article de revue est subjectif et dépend plus de l’interprétation qui en est faite et est donc difficile à quantifier.

4e conclusion: Avec la prolifération du nombre de brevets publiés, la littérature brevets reste toujours une source d’informations très précieuse.

5e conclusion: Il reste nécessaire de rechercher à la fois dans les revues scientifique et dans la littérature sur les brevets pour avoir une couverture complète d’un sujet.

Vous pouvez contacter l’auteur sur ResearchGate  pour avoir une copie de l’article.

https://www.researchgate.net/publication/311674450_80_of_technical_information_found_only_in_patents_-_is_there_proof_of_this

Référence:

Technology assesment and forecast: 1977 archive.org/details/technologyas00unit voir section II de la page 23 à 37

Débusquer les photos mensongères sur internet

La journaliste Catherine Frammery du journal romand Le Temps a publié récemment une vidéo pour expliquer comment débusquer les photos mensongères sur internet.
www.letemps.ch/images/video/societe/trois-conseils-debusquer-photos-mensongeres-internet

Ses conseils sont les suivants

  • Authentifier l’origine de la photo
  • Retrouver le cliché original
  • Regarder les ombres, les reflets, les contours, la hauteur du soleil
  • Utiliser des outils de vérification comme l’application russe “who stole my pictures